Retour close-menu Created with Sketch.

En cliquant sur J'accepte, vous acceptez l'utilisation de cookies pour des raisons techniques, à des fins d’analyse statistique et de gestion du trafic Web (cookies analytiques), de partage d'informations avec les annonceurs sur d’autres sites internet, en vue de vous proposer des informations pertinentes (cookies de ciblage) et qui correspondent à vos intérêts (cookies de personnalisation).Le Groupe Bonduelle a mis à jour sa politique de confidentialité et la gestion des données de ses utilisateurs.En savoir plus.

On va plus loin

Un réseau social d’agriculteur pour favoriser la vie du sol

Si notre rapport à la terre est unique, c’est que, depuis toujours, nous entretenons des liens très forts avec nos agriculteurs partenaires qui ont permis de construire une filière intégrée qui s’appuie sur leur savoir-faire et notre expertise technique et agronomique. C’est dans cet esprit que nous avons contribué à la création du réseau Innova Terre en 2016, dans le bassin Nord-Picardie, en France. 

Ce groupe d’agriculteurs partenaires est aujourd’hui constitué d’une soixantaine d’agriculteurs innovants désireux de faire évoluer leurs pratiques vers l’agroécologie et particulièrement la préservation du sol, capital productif de leur exploitation. Les évolutions des pratiques sont centrées sur 3 axes:

Le réseau Innova Terre a également pour vocation de faciliter les échanges entre producteurs. Il permet d’encourager, stimuler et accompagner des producteurs innovants engagés dans le déploiement à grande échelle de pratiques agroécologiques dans des rotations typiques et importantes du bassin Nord-Picard. L’élan impulsé par ces producteurs devrait, à terme, inspirer une large adoption de l’agroécologie en production de légumes. 

Zoom sur la plateforme “Sols verts”

Emblématique de la démarche, l’un des membres du réseau Innova Terre, Guillaume Tupigny a mis en place sur son exploitation une plateforme de développement de l’agroécologie, appelée «Sols Verts» pour partie financée par des institutions publiques (ADEME et Agence de l’Eau). Bénéficiant du recrutement d’un technicien dédié, expérimenté en agroécologie, elle a pour objectif de comparer les performances agronomiques de deux systèmes: l’agriculture conventionnelle et le non labour avec couverts végétaux dans une rotation de six ans, incluant betteraves, pommes de terre et une culture de légume.

À lire également: Comment protégeons-nous nos sols? 

Notre objectif est simple: restaurer la fertilité naturelle des sols agricoles, grâce à une agriculture durable et plurielle, afin de produire une alimentation végétale respectueuse de la nature et lutter contre le changement climatique.

Découvrez l’article

Haut
de page