Retour close-menu Created with Sketch.

En cliquant sur J'accepte, vous acceptez l'utilisation de cookies pour des raisons techniques, à des fins d’analyse statistique et de gestion du trafic Web (cookies analytiques), de partage d'informations avec les annonceurs sur d’autres sites internet, en vue de vous proposer des informations pertinentes (cookies de ciblage) et qui correspondent à vos intérêts (cookies de personnalisation).Le Groupe Bonduelle a mis à jour sa politique de confidentialité et la gestion des données de ses utilisateurs.En savoir plus.

On va plus loin

Protéger les sols agricoles: notre bien le plus précieux

Nous sommes convaincus que pour nourrir 9,5 milliards d’humains en 2050, notre capacité à garder les sols vivants, en bonne santé et fertiles est un enjeu majeur. Dans ce contexte, nous développons avec nos partenaires agriculteurs une agriculture durable et plurielle. Celle-ci intègre des pratiques agroécologiques toujours plus en phase avec la nature avec, notamment, l’établissement de couverts végétaux entre deux cultures. Notre objectif est simple: restaurer la fertilité naturelle des sols agricoles afin de produire une alimentation végétale respectueuse de la nature et lutter contre le changement climatique.

Réapprendre la vie du sol

LE SOL. On marche tous les jours dessus, on l’exploite parfois à outrance (agriculture, construction,...)  mais on n’imagine pas l’écosystème complexe et précieux qu’il constitue. Les sols abritent plus d’un quart de la biodiversité de la planète. Quelques chiffres et indications permettent de mieux comprendre son importance, mais surtout la nécessité urgente de le préserver:

  • Le sol est un écosystème composé de minéraux, de matière organique (d‘origine animale et végétale), d’eau, d’air, de végétaux et macro-organismes animaux vivants (racines des plantes, vers de terre,...) et de bactéries, champignons et autres micro-organismes. Ces organismes assurent des fonctions essentielles comme la biodégradation de la matière organique, la production de nutriments pour les plantes, la fixation d’azote, la dégradation des polluants, etc. 

  • Les cycles biogéochimiques comme le cycle du carbone, de l’azote ou du phosphore sont sous la dépendance (à plus de 90%) des micro-organismes. Il est donc primordial de favoriser le développement de ces organismes.

  • 1 milliard de tonnes de sols disparaissent chaque année en Europe, cela équivaut à l’épaisseur de 2 cm de sol couvrant la surface de la Belgique.

  • Le sol est le plus grand réservoir de carbone de la planète: 75% du carbone terrestre total. Le carbone perdu par les sols est émis principalement sous forme de CO2, par minéralisation, ce qui entraîne une diminution de la matière organique du sol, donc de sa fertilité. 

  • Selon l’INRA, la dégradation des sols menace plus de 40% des terres émergées et les dérèglements climatiques accélèrent ce processus

Ces phénomènes sont réversibles, même si cela prend du temps. Le dernier rapport du GIEC, intitulé «Changement climatique et terres émergées» , montre qu’une gestion durable des sols nous aiderait à faire face aux changements climatiques. Par exemple, les recherches ont prouvé que le travail minimum et la couverture permanente du sol sont les deux leviers majeurs pour enrichir le sol en matière organique et augmenter le stockage du carbone. Selon l’initiative 4 pour 1000 lancée par la France lors de la COP21 en 2015 , augmenter de 4‰ la quantité de carbone dans le sol suffirait à stopper l’augmentation annuelle de CO2 dans l’atmosphère. 

Les moyens: la gestion des sols agricoles...

La production agricole est fortement corrélée à la santé des sols. Des sols agricoles vivants, bien structurés, stables, avec une bonne fertilité biologique et productifs favorisent directement la résilience de la production agricole face aux conséquences du changement climatique. 

Les avantages d’un sol vivant peuvent se résumer comme suit:

  • Amélioration de l’état sanitaire des plantes et des rendements des récoltes: la matière organique favorise la disponibilité des nutriments et leur absorption. La bonne structure du sol et sa porosité favorisent l’aération du sol et l’oxygénation du système racinaire des plantes.

  • Augmentation de l’infiltration de l’eau de sa rétention d’eau: des sols vivants bien structurés, avec une bonne porosité, peuvent retenir jusqu’à 20 fois leur masse en eau.

  • Réduction de la perte de matière organique et protection physique du sol: celle-ci stabilise la structure du sol et le rend plus résistant à l’érosion du vent et de l’eau.

  • Capture du carbone et réduction des émissions de gaz à effet de serre.

  • Augmentation de la biodiversité: un sol vivant participe à la biodiversité de tout son écosystème.

  • Amélioration de la qualité de l’eau: plus de matière organique ainsi qu’un sol plus structuré et poreux permettent une infiltration de l’eau et une activité biologique accrues et donc une eau mieux filtrée.

En d’autres mots, l'évolution favorable, même minime, du stock de carbone des sols agricoles du Groupe Bonduelle peut avoir des effets majeurs, tant sur la productivité agricole que sur l’accessibilité à une alimentation de qualité pour tous et la lutte contre le changement climatique. 

…Et une transition vers l’agroécologie

Nous nous sommes engagés dans la transition agroécologique dans notre chaîne d’approvisionnement . Cette démarche implique de réconcilier une production agricole performante avec la santé des sols. Pour cela, le Groupe Bonduelle teste de nombreuses innovations technologiques, suit de très près les cultures (du choix de la parcelle et de la variété jusqu’à l’arrivée à l’usine de la récolte) et les profils de sol, et accompagne ses agriculteurs partenaires dans une logique d’efficience et de préservation, reposant sur 5 axes stratégiques. 

Un objectif général de Responsabilité Sociétale d’Entreprise (RSE) pour l’amont agricole a été défini pour le Groupe Bonduelle  à l’horizon 2025: 100% des surfaces cultivées avec une combinaison adéquate de techniques culturales alternatives permettant de progresser sur chacun des axes stratégiques de notre démarche agroécologique.

Protection_des_sols_bonduelle_objectifs

Notre implication sur ces 5 axes stratégiques s’illustre en particulier par le rôle central des chefs de plaine qui accompagnent les agriculteurs partenaires , sur le terrain à tous les stades de la culture, depuis le semis jusqu’à la récolte. Ils assurent ainsi un suivi cultural extrêmement précis et rigoureux. Ce travail collaboratif commence par le choix des parcelles les plus adaptées aux différents types de légumes dans le respect de rotations de cultures longues. Le but est de minimiser le risque de maladies du sol et de maintenir ses ressources (nutriments, matière organique), tout en favorisant la biodiversité et en optimisant les rendements. C’est notamment le cas du pois, qui fait l’objet d’une rotation de cultures de 6 ans, dans le bassin de Nord-Picardie, en France.

Nos efforts pour préserver les ressources naturelles se mesurent aussi dans la gestion de l’eau et le pilotage de l’irrigation. Objectif: utiliser la juste quantité d’eau, rien de plus. Nous encourageons les producteurs partenaires à maîtriser les apports en eau par la mise en place de systèmes d’irrigation de précision incluant:

goutte-a-goutte-bonduelle

Produire des légumes autrement via des techniques culturales alternatives

Pour parvenir à tenir notre objectif général RSE à l’horizon 2025, nous testons et développons une gamme de techniques culturales alternatives et évaluons leurs impacts sur les 5 axes stratégiques et notamment la santé des sols agricoles. Le déploiement de ces techniques culturales alternatives est conduit dans les différents bassins du Groupe Bonduelle à travers le monde:

Le matériel agricole a, lui aussi, été adapté au profit d’engins moins puissants et moins lourds, équipés de pneus basse pression ou de chenilles, afin d’éviter la compaction des sols. Par ailleurs, la consommation de fuel s’en est vue réduite de 40% et contribue à la réduction de l’empreinte carbone de l’amont agricole. 

  • En Russie, où la majorité de nos approvisionnements proviennent de nos fermes (plus de 10 000 hectares), nous avons largement adopté la technique du strip-till . Réalisé avec un équipement de préparation de la ligne de semis spécifique et des tracteurs guidés par GPS, il limite le travail du sol à d’étroites bandes (strip), favorise son enrichissement en matière organique, stimule le développement de la biodiversité, augmente la capacité de rétention en eau du sol et le protège contre l’érosion. 

La-technique-du-strip-till
  • Les couverts végétaux en interculture jouent un rôle essentiel dans la protection des sols, la restauration de leur fertilité biologique et plus largement dans la transition agroécologique comme nous avons pu le démontrer sur la plateforme expérimentale VEGESOL. Cette technique consiste à semer une ou généralement plusieurs espèces complémentaires entre deux cultures (ou potentiellement pendant la culture). Le couvert végétal ainsi formé n’est pas récolté, mais détruit et laissé sur la parcelle afin de protéger et nourrir le sol. Les couverts végétaux permettent de contrôler en partie le développement des mauvaises herbes. Ils réduisent le ruissellement de l’eau, favorisent son infiltration et sa rétention et protègent le sol de l’érosion. Ils enrichissent le sol en nutriments et en matière organique et lui permettent de recouvrer progressivement une vie biologique active. Nous encourageons activement l’usage de couverts végétaux.  

  • La plateforme expérimentale VEGESOL qui a comparé dans la durée (8 ans) et dans des rotations longues, des systèmes conventionnels (fondés sur le labour) avec des systèmes sans labour, a permis de vérifier rigoureusement les bénéfices des couverts végétaux (réduction significative de la fertilisation azotée chimique possible sans perte de rendement) et a donné lieu à 9 publications scientifiques.

En 2019, les efforts de réduction de l’usage des produits phytosanitaires ont porté leurs fruits avec le lancement en Europe d’une nouvelle gamme de produits «Sans Résidu de Pesticides» : salades prêtes à l’emploi (mâche, pousse d’épinards et iceberg et maïs doux en conserve). D’autres produits viendront s’ajouter, tant dans le frais que dans les produits de longue conservation (conserves et surgelés) et, à l’horizon 2025, Bonduelle offrira une gamme complète de produits sans résidu.

Des programmes destinés à accélérer l’usage des couverts végétaux dans le cadre de l’effort de réduction des résidus d’intrants chimiques sont aussi en développement dans d’autres bassins. En 2019, des essais à grande échelle sont organisés en Hongrie afin de sensibiliser les producteurs et d’initier leur adoption dans ce pays, dans le cadre de l’effort de réduction des résidus d’intrants chimiques.

Connaissez-vous notre réseau Innova Terre? 

Ce groupe d’agriculteurs, initié par le Groupe Bonduelle dans le bassin Nord-Picardie, en France, échange autour de pratiques et idées novatrices pour une agriculture durable et plurielle. 

 À la découverte du réseau

L’ensemble de ces démarches innovantes pour développer une agriculture durable et plurielle, notamment en faveur de la santé des sols agricoles, s’inscrit pleinement dans notre engagement pour créer un futur meilleur par l’alimentation végétale au sein d’ une filière exemplaire . Notre ambition est de devenir un référent de la transition agroécologique en développant un système basé sur la biodiversité fonctionnelle, dans lequel la production se fait grâce au travail de la nature. Car c’est notre conviction: La Nature est notre Futur.

objectif-agroecologie-bonduelle
Haut
de page