Retour close-menu Created with Sketch.

En cliquant sur J'accepte, vous acceptez l'utilisation de cookies pour des raisons techniques, à des fins d’analyse statistique et de gestion du trafic Web (cookies analytiques), de partage d'informations avec les annonceurs sur d’autres sites internet, en vue de vous proposer des informations pertinentes (cookies de ciblage) et qui correspondent à vos intérêts (cookies de personnalisation).Le Groupe Bonduelle a mis à jour sa politique de confidentialité et la gestion des données de ses utilisateurs.En savoir plus.

Alimentation végétale

Le grand paradoxe de l’alimentation végétale : on en veut plus, mais on en veut moins !

Si on regarde un peu ce qu’on met dans nos assiettes, on s’aperçoit vite que nous avons tous parfois des comportements contradictoires.

A commencer par le fameux burger que l’on accompagne d’une boisson allégée « pour compenser ». Ou par les fois où l’on va se faire violence pour réduire un peu le sel dans les pâtes juste après avoir pourtant craqué pour une grosse poignée de cacahuètes salées…

Les légumes n’échappent pas à nos contradictions

On en veut. On en a besoin. Mais on en mange bien moins que ce que l’on voudrait.

Les féculents, par exemple, sont presque deux fois plus présents dans les repas, sans parler de la viande.

Pourtant, l’alimentation végétale, on en parle beaucoup, et pas uniquement pour des questions de santé.

Il y a aussi la dimension écologique.

Tout le monde a conscience de la nécessité de se tourner davantage vers le végétal pour préserver les ressources de notre planète : moins gourmand en eau, moins de CO2 dégagé, etc.

Les mentalités changent, c’est vrai. Mais de là à voir le légume comme la base d’un repas, ce n’est pas encore gagné. Les légumes sont vus essentiellement comme un accompagnement (le fameux gigot haricot du dimanche !), on n’a pas encore les codes pour les mettre au cœur de l’assiette, pas les réflexes, pas le répertoire culturel de recettes qui va avec.

Faut-il compter sur l’innovation pour faire bouger l’alimentation végétale ?

Une grande partie de nos aliments sont déjà le fruit d’une innovation. Et souvent d’une innovation guidée par une nécessité. Elle a toujours guidé ce que mange l’homme.

On a inventé le fromage pour garder le lait plus longtemps (merci mille fois pour le beaufort). On a créé la charcuterie pour préserver la viande. On a adopté les confitures pour profiter du bon goût des mirabelles en février…

On s’imagine parfois que nous sommes arrivés à un point mort de la création de nouveaux aliments, mais non, l’humanité continue bel et bien d’inventer de nouvelles façons de se nourrir et de nouveaux aliments.

Chez Bonduelle, nous avons d’ailleurs toute une équipe dédiée à la recherche de nouvelles idées pour mieux faire connaître les légumes, et surtout pour le faire en protégeant davantage notre planète.

En un mot nous sommes pour l’innovation, pourvu qu’elle ait du sens et surtout du goût.

Bon, on innove comment pour manger plus de légumes ?

Récemment, nous avons créé deux nouvelles façons d’envisager les légumes pour aider à les manger autrement que sur le (plus petit) bord de l’assiette.

Autrement dit, deux façons de « voir les légumes autrement ».

D’abord : une alternative à la bolognaise ou à la crème sur les pâtes, avec une sauce faite de légumes. Au passage, elle permet de manger des légumes du soleil à tout moment de l’année tout en respectant les saisons.

Nous avons aussi misé sur les légumineuses.

Oui, les fameux légumes secs, les grands oubliés de la catégorie légumes.

Ils ont un atout énorme dans ce contexte : ils peuvent apporter des protéines en masse à ceux qui veulent lever le pied sur la viande. Bonjour les protéines végétales !

Nous avons donc choisi les légumes secs pour créer des pâtes qui ne sont pas faites à partir de blé, mais bien des pâtes faites de légumes.

Elles sont constituées essentiellement de pois chiches, de pois cassés et de lentilles.

Pour mettre les légumes au cœur de l’assiette, on peut difficilement faire mieux qu’un nouveau type de pâtes quand on sait que c’est l’aliment le plus consommé par les Français !

Haut
de page