Retour close-menu Created with Sketch.

En cliquant sur J'accepte, vous acceptez l'utilisation de cookies pour des raisons techniques, à des fins d’analyse statistique et de gestion du trafic Web (cookies analytiques), de partage d'informations avec les annonceurs sur d’autres sites internet, en vue de vous proposer des informations pertinentes (cookies de ciblage) et qui correspondent à vos intérêts (cookies de personnalisation).Le Groupe Bonduelle a mis à jour sa politique de confidentialité et la gestion des données de ses utilisateurs.En savoir plus.

Développement durable

Economie circulaire: comment notre entreprise s’y inscrit?

Dans notre engagement à diminuer notre impact sur l’environnement, tout en développant le bien-être des individus, nous nous sommes fixé un objectif «Zéro perte» en 2025. Pour l’atteindre, le groupe Bonduelle réduit à la source les pertes agricoles, les gaspillages en logistique et les déchets non valorisables. Toutes ces initiatives alimentent l’économie circulaire.

Selon l’ADEME , l’économie circulaire se définit comme un modèle en boucle, où les ressources sont économisées tout au long du cycle de vie d’un produit. Son rayonnement est large, avec une attention particulière portée à l’approvisionnement durable (extraction/exploitation et achats durables), l’écoconception, l’écologie industrielle et territoriale et à l’économie de la fonctionnalité (qui correspond à la vente de l’usage d’un bien, plutôt que le bien lui-même).

Le consommateur joue également un rôle déterminant dans la consommation du produit qu’il achète et dans la durée de son usage. Enfin, la transformation des déchets dans un même produit ou dans une autre filière, via le recyclage, assure la renaissance des matières premières d’origine.

Voilà 7 piliers d’action, dans lesquels nous entendons intervenir concrètement, aujourd’hui et dans les années à venir.

économie_circulaire_infographie_schéma_ADEME
ADEME

Des efforts au sein de chaque usine

Près de 538.157 tonnes brutes de sous-produits végétaux (composés végétaux) ou de champignons ont été produites en 2017-2018 par le groupe. Nos usines poursuivent leurs efforts de réduction des pertes en matière première agricole et d’amélioration des procédés.

Durant cet exercice, 96% du gisement a été valorisé en filière commerciale: pour l’alimentation animale, la méthanisation ou pour entrer dans la composition de compost. Le tri sélectif et la valorisation des déchets industriels sont une autre de nos priorités.

Grâce aux actions de toutes nos usines, notre performance globale pour la valorisation énergétique ou le recyclage s’est améliorée, atteignant 90,6% contre 88,5% en 2016-2017.

>> Le principe de la méthanisation: qu’est ce que c’est?

Nos bonnes pratiques d’économie circulaire

À Villeneuve-d’Ascq (France), notre siège trouve des alternatives à l’usage unique. Nous avons déployé en 2018 une opération de sensibilisation au sujet, et de facilitation du tri et de secondes vies.

L’objectif? D’une part, réduire les déchets issus des produits à usage unique et de notre restaurant d’entreprise et, d’autre part, promouvoir le recyclage (cartons, huiles usagées, bouteilles en plastique et papier) et le compostage des déchets organiques alimentant notre potager d’entreprise.

Dans le nord de la France, le site de Renescure participe depuis 2014 à un projet de méthanisation initié par deux agriculteurs partenaires. Chaque année, 10.000 tonnes de fumier, déchets verts et enveloppes de graines germées sont ainsi traitées. La fermentation génère du biogaz, qui alimente un moteur à cogénération, produisant de l’électricité et de la chaleur. Celle-ci est utilisée en autoconsommation et le surplus est vendu.

Ainsi, 94% du gisement de composés végétaux de notre site de Renescure sont valorisés. Enfin, les trois principaux partenaires sont à moins de 2 km de l’usine de Renescure, ce qui limite le transport et les émissions de gaz à effet de serre et contribue à un écosystème local efficace.

En 2017, a eu lieu l’inauguration de la plus grande unité de biométhane territoriale des Hauts-de-France, à Eppeville, dans la Somme en France. L’unité de méthanisation de notre usine d’Estrées-Mons constitue un débouché permettant de valoriser localement les déchets agricoles de l’usine, en gardant une traçabilité totale de ces derniers. Notre usine locale, la plus grande usine de production de légumes surgelés et en conserve, se fournit en biomasse.

Des initiatives similaires de valorisation des déchets sont menées à Rosporden (Finistère, France) . Notre usine récupère également les palettes usagées pour les réparer ou pour les valoriser en biomasse, pour ensuite alimenter les chaufferies des collectivités locales de Bretagne .

Découvrez les coulisses du Projet Dalkia Biogaz en Hongrie

Haut
de page