Retour close-menu Created with Sketch.

En cliquant sur J'accepte, vous acceptez l'utilisation de cookies pour des raisons techniques, à des fins d’analyse statistique et de gestion du trafic Web (cookies analytiques), de partage d'informations avec les annonceurs sur d’autres sites internet, en vue de vous proposer des informations pertinentes (cookies de ciblage) et qui correspondent à vos intérêts (cookies de personnalisation).Le Groupe Bonduelle a mis à jour sa politique de confidentialité et la gestion des données de ses utilisateurs.En savoir plus.

Actualités

De petits pas pour l’Homme, un grand pour les déchets.

[France]

Au programme 

Des actions concrètes en direction du zéro déchet.

Moins de gaspi sur tous les plans

Objectif, supprimer le gaspillage partout où il a lieu. Sur le site de Villeneuve d’Ascq, le moment est venu de s’attaquer au gâchis lié à l’alimentation des salariés. Eh oui, entre deux cafés, un sandwich et un goûter, on se retrouve vite avec un peu de déchets à l’échelle de toute une entreprise.

Place à des opérations de sensibilisation et à des changements d’habitudes pour combattre les objets à usage unique et le gâchage :

  • diminution du gaspillage du pain au restaurant
  • mise en place de conteneurs de tri et de recyclage (bouteilles plastique, huiles usagées…)
  • affichages pédagogiques
  • journée sans gobelets en plastique
  • distribution de mugs à tout le monde

Comment changer le destin d’un simple morceau de pain…

…en le mettant 5 mètres plus loin. Il fallait y penser : placer le pain après la caisse plutôt qu’avant ! Une toute petite modification dans l’espace, un sacré impact. 

Et ça marche ! Car rajouter un morceau de pain sur son plateau, c’est pour beaucoup d’entre nous presque un réflexe. On est en France après tout ! Mais quand on y réfléchit bien, aura-t-on vraiment envie de le manger, ce morceau de pain ? 

Entre habitudes culturelles et yeux plus gros que le ventre, le gâchis arrivait vite. Or à présent, une fois la caisse passée, une fois le règlement fait, on n’est plus dans l’optique « je charge mon plateau » mais « je vais manger, je cherche une place ». Un petit détail qui fait qu’on prend beaucoup moins de pain, voire pas du tout. 

Cet exemple n’est pas sans rappeler le cas du recyclage des téléphones portables dans l’un de nos sites allemands. En facilitant l’accès aux collecteurs dans l’usine (justement placés à la cafétéria), on augmente le taux de recyclage !

Compostage en perspective

C’est un cercle vertueux. Dès que l’on met en place un tri dans une cantine, on récupère par définition des déchets organiques. Il devient alors possible de les valoriser avec du compostage. Pour aller plus loin dans la démarche, les salariés du site ont donc en tête de mettre en place un compost.

Et puisqu’il y aura compost, il faudra bien l’utiliser… Le potager d’entreprise n’est pas loin !

La somme des petites actions…

Prises isolément, les petites actions qu’une entreprise ou un particulier met en place dans une optique de développement durable peuvent parfois sembler dérisoires. Pourtant, elles n’en sont pas moins importantes. Il y a non seulement les impacts concrets, qui, mis bout à bout, constituent des gains de ressources ou des changements significatifs, mais aussi des impacts moins facile à quantifier mais cruciaux : les changements de mentalités. C’est par les petits gestes et la dynamique qu’ils constituent que les référentiels et les valeurs d’une société toute entière se modifient.

De petits pas pour l’Homme, un grand pour les déchets.
Haut
de page