Retour close-menu Created with Sketch.

En cliquant sur J'accepte, vous acceptez l'utilisation de cookies pour des raisons techniques, à des fins d’analyse statistique et de gestion du trafic Web (cookies analytiques), de partage d'informations avec les annonceurs sur d’autres sites internet, en vue de vous proposer des informations pertinentes (cookies de ciblage) et qui correspondent à vos intérêts (cookies de personnalisation).Le Groupe Bonduelle a mis à jour sa politique de confidentialité et la gestion des données de ses utilisateurs.En savoir plus.

Actualités

Créer des vocations dans l'alimentation végétale

[Pologne]

Au programme

Une offre d'alternance pour apprendre le métier aux étudiants locaux.

Un métier en direct

Parmi les facteurs qui font la bonne santé d'une communauté, l'emploi figure en bonne place. Or pour les jeunes comme pour les seniors, l'accès y est souvent plus compliqué qu'ils ne le souhaiteraient. Que faire quand les secteurs qui embauchent ne sont pas ceux pour lesquels on diplôme les jeunes ? Les former, pardi !

Sur le site de Gniewkowo, en Pologne, le sujet est d'actualité. L'usine manque de main d'œuvre, alors même que les jeunes de la région souffrent de conditions d'accès à l'emploi compliquées. Il fallait un coup de pouce pour faire se rencontrer l'offre et la demande : l'usine a décidé de former des jeunes aux métiers techniques, en coopération avec une école locale.

3 étudiants en apprentissage

A l'école, l'apprentissage dure 3 ans. La formation s'effectue en usine ou dans un service technique, et l'enseignement théorique en école professionnelle. L'usine Bonduelle est devenue un site de formation en ouvrant ses portes aux étudiants. Pour la première année, ce sont deux électromécaniciens et un plombier qui viennent apprendre aux côtés des professionnels du site.

Une vraie contribution sociale

Cette prise en charge d'une partie de la formation ne permet  pas uniquement aux jeunes de la région d'apprendre en condition réelle. Elle leur permet aussi d'accéder plus vite et plus efficacement au marché du travail, en leur offrant une passerelle directe vers l'usine.

A l'échelle de la communauté, la collaboration entre l'entreprise et l'école a donc tout son sens : un enseignement « de première main », et donc des formations plus concrètes, d'une part, un décloisonnement entre le monde de l'entreprise et celui de l'enseignement, de l'autre.

Les métiers techniques : grands recherchés de demain...

Qui a déjà eu besoin de trouver en urgence un plombier ou de trouver un bon artisan pour faire construire sa terrasse a pu constater qu'ils ne courent pas les rues ! Les métiers techniques, moins valorisés par la société, n'ont pas la cote et la pénurie se fait sentir. Dans le même temps, de nombreux diplômés dans la communication, le marketing, le commerce ou encore le digital souffrent de l'abstraction dans laquelle ils évoluent. Si nos sociétés veulent aider à revaloriser les métiers manuels et techniques, les entreprises ont certainement une belle part à jouer pour, elles aussi, les mettre en avant.

infographie_cooperation_ecole_locale_apprentissage
Haut
de page