Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies par nos services.  En savoir plusFermer

Emballages, usines & transports

Pour limiter notre impact environnemental, des actions concrètes et les résultats qui vont avec. Moins d’émissions de CO2, des économies d’eau, plus d’énergies renouvelables...

Emballages

Pour l'ensemble de nos packagings, nous marquons des points avec une empreinte environnementale de plus en plus basse.

La boîte de conserve
= 100 % recyclable

Le métal utilisé pour fabriquer des boîtes de conserve est un matériau recyclable à 100 % et à l’infini. Une conserve mise dans le bac de tri pourra donc se « réincarner » sans limites en objets métalliques, d’autres conserves notamment.

Diminution des emballages

Moins de surface sur certains sachets, des parois plus fines pour les conserves, des cartons calculés au minimum. Nous continuons de réduire les packagings des produits, mais aussi les emballages qui servent à les transporter.

Pensez à placer toutes vos conserves vides dans le bac de recyclage, sans quoi elles resteront non recyclées à vie...

+ de matériaux déjà recyclés

Différents projets ont été initiés : usage de films rétractables recyclés, couvercles traiteur avec du PET 100 % recyclés, carton d’emballage issu du recyclage…

PAS DE GASPILLAGE

Objectif : une utilisation à 100% des légumes récoltés. Pour cela, nous organiser les récoltes et l'approvisionnement des usines au plus juste.

Calculer avant, pas après.

Savoir de quoi on a besoin, c’est la première façon d’éviter le gaspillage. Chez nous, ce sont les besoins en production qui déterminent les surfaces cultivées et non l’inverse.

Nous utilisons absolument tous les légumes récoltés

100 % des légumes récoltés sont utilisés : on ne jette rien de nos légumes. Ainsi un haricot non calibré peut par exemple être réutilisé en morceaux dans une autre recette. Mêmes les queues de haricot vert sont valorisées en compost, en alimentation animale ou en méthanisation pour produire de l’énergie.

Ces produits qui limitent le gâchis

La conserve et le surgelé ne connaissent pas le syndrome de la carotte fripée au fond du bac à légumes. Autrement dit, en permettant de conserver dans la durée, ils limitent naturellement le gâchis.

Donner les surplus

Pour lutter contre le gaspillage alimentaire, nous donnons des produits non commercialisables, mais parfaitement consommables. Les usines donnent à des associations locales les surplus de fabrication journaliers ou les produits dont la date de fin de consommation est proche.

TRANSPORTS

Près de 7 000 tonnes de CO2 économisées en 2015-2016, en grande partie grâce aux transports ! Avec de nouvelles pratiques, nos émissions de CO2 diminuent significativement.

Mutualisation des transports

En prenant modèle sur le covoiturage, nous avons lancé cette initiative pour co-transporter avec d’autres entreprises des produits complémentaires vers un même client. Une pratique que nous comptons bien développer plus encore.

Une économie de 1500 camions/an

C’est parfois même la production d’emballages qui vient s’accoler à l’usine, comme avec la création d’ateliers de fabrication de boîtes de conserve en Wall to Wall, dans l’usine de Novotitarovskaya (Russie) et dans d’autres. Une économie de 1 500 camions par an, soit l’équivalent de 140 tonnes de CO2.

Les champs, les usines et les consommateurs sont proches

Nos usines sont au plus près des champs de production et des assiettes finales pour limiter les transports au maximum. Double avantage : les légumes arrivent très frais à l’usine et l’empreinte carbone est limitée.

Le rail en alternative à la route

Nous avons remplacé une partie des parcours sur route par le train sur de multiples flux. L’initiative ferroviaire est un succès : le modèle sera étendu à d’autres parcours.

Place aux bateaux

Si la très grande majorité de nos légumes poussent dans le pays où ils seront consommés, certains voyagent un peu. Pour assurer la diffusion de nos légumes cultivés dans les terroirs du sud, nous utilisons en partie la voie maritime, dont nous comptons développer les liaisons. Les voies fluviales seraient aussi un plus, sur lequel nous avons entamé des recherches.

ENERGIES ET RESSOURCES

Dans nos usines, une utilisation raisonnée des ressources naturelles qui vise zéro perte.

Des grandes économies d’eau


La consommation d’eau dans nos usines a été divisée par 2 en 10 ans. Comment ? Grâce à une implication quotidienne et des investissements : robinets d’arrêts, compteurs d’eau, réutilisation, nouvelles machines plus économes en eau et sensibilisation des équipes...

Des usines moins énergivores


En analysant dans le détail nos postes de dépense énergétique, nous avons pris des mesures qui font la différence : remplacement des néons par des LED, systèmes de récupération de l’énergie des moteurs comme le Start and Stop,...

Plus d’énergies propres


Nous sommes en pleine transition énergétique, avec une proportion d’énergies renouvelables qui augmente chaque année. Hongrie, Canada, France : nous multiplions les partenariats et les équipements de nos usines pour développer l’usage des énergies issues du végétal et de l’organique (biomasse et biogaz)…

Recyclage des déchets


Le recyclage est l’une de nos priorités pour diminuer notre empreinte carbone. Nous voyons donc en grand : la très grande majorité de nos déchets industriels banals sont recyclés.

La plus grande usine de légumes du monde, en France, fonctionne avec 60% d’énergies alternatives, grâce à un cogénérateur biomasse.

Haut
de page